Tickets-restaurant : ce qui change au 1er janvier 2024

Les millions de Français concernés par l’utilisation des tickets-restaurant en supermarché, devront revoir leurs habitudes alimentaires dès le 1er janvier 2024, avec le retour des règles initiales. La loi votée à l’été 2022, en réponse à la crise du Covid-19, avait élargi temporairement les possibilités d’utilisation de ces tickets pour inclure les courses alimentaires. Cependant, cette disposition exceptionnelle prendra fin à la fin de l’année 2023, ramenant les règles à la normale.

Tickets-restaurant : quelle utilisation en 2024 ?

Ce qui change pour les achats en supermarché

Dès le début de l’année prochaine, seuls les articles directement consommables seront autorisés à l’achat avec les tickets-restaurant. Cela inclut par exemple : les sandwichs, les pâtes cuisinées, les salades, les fruits, les bocaux, les soupes instantanées, et autres plats prêts à manger. En revanche, les produits non transformés tels que les pâtes, le riz, les œufs, la viande crue, ainsi que les conserves et surgelés de produits non transformés, ne seront plus éligibles.

En quelques mots, ce retour vise à encourager l’achat de repas prêts à consommer plutôt que d’ingrédients nécessitant une préparation à domicile.

Plafond des tickets-restaurant inchangé

Contrairement à ce que certains pourraient penser, le plafond des tickets-restaurant au 1er janvier 2024 restera à 25 euros par jour.

Retour à la règle initiale, retour controversé

La règlementation temporaire, mise en place pour aider les citoyens en période d’inflation et de crise, prendra fin comme prévu. Le gouvernement, par le biais de la ministre du Commerce, Olivia Grégoire, envisage la possibilité de prolonger cette mesure exceptionnelle, mais aucune décision n’a été prise à ce jour. Une éventuelle prolongation nécessiterait une démarche législative.

La fin de cette dérogation suscite des réactions mitigées. Certains déplorent la perte de la flexibilité qu’offraient les tickets-restaurant, permettant l’achat d’articles diversifiés dans les supermarchés. Cependant, la mesure vise à recentrer l’utilisation des tickets sur leur objectif initial : faciliter l’accès à des repas rapidement consommables à proximité du lieu de travail.

L’impact sur les habitudes d’achat

Pendant cette période de transition Covid / après-Covid, de nombreux détenteurs de tickets-restaurant ont profité de l’opportunité d’acheter des produits d’épicerie pour préparer des repas à la maison. Cependant, cette pratique a été critiquée par les restaurateurs, qui ont vu cela comme une concurrence déloyale. Avec le retour à la normale, les restaurateurs espèrent retrouver leur clientèle habituelle.

Le retour à la règle d’origine vise à recentrer l’utilisation des tickets-restaurant sur la restauration rapide et les repas immédiatement consommables. Cependant, certains s’inquiètent de la confusion possible en caisse et de l’encouragement à acheter des produits transformés. Pour l’instant, le gouvernement n’a pas annoncé de prolongation de la réglementation au-delà de 2023.

Ce changement à venir dès le 1er janvier 2024 marque un retour aux principes fondamentaux des tickets-restaurant, soulignant leur rôle premier dans la facilitation de l’accès à des repas rapides pour les travailleurs. La transition vers cette nouvelle norme soulève des questions sur l’impact sur les habitudes d’achat et la balance entre la flexibilité et la régulation dans l’utilisation de ces avantages sociaux des salariés.